Lorgues


 Extrait de la revue VERDONS , n° d'août 2005 "Marcher".

 

Carpates, caminaire
par André Inaudi


Roger Clapié a été facteur (à bicyclette) à Lorgues pendant plus de trente ans. Aujourd'hui retraité, poète à ses heures, i1 se consacre à sa passion : la photographie noir et blanc. Si de nombreux habitants du haut Var ou bas alpins croisèrent "Carpates" dans les villages et sur les routes, i1 est l'un des rares. à avoir su créer des liens avec un personnage qui a confié ses pas au hasard, sa vie à l'aléatoire. Connu du plus grand nombre entre les années vingt et soixante, respecté de tous, craint - un peu - par les enfants, Carpates aura involontairement imprégné notre mémoire collective. Roger Clapié feuillette ses souvenirs et son album photos pour Verdons.

" La première fois que j'ai rencontré Carpates, vers 1953, il devait déja avoir la soixantaine, mais il faisait plus vieux encore avec sa barbe, son chapeau, sa carriole branlante aux roues en fer. Il passait à Lorgues depuis longtemps quand je m'y suis installé en 1950. C'est moi qui suis allé vers lui car j'ai toujours été attiré, même jeune, par ces types qui prennent la route, qui marchent, qui marchent. Quand je faisais du vélo, je m'arrêtais pour discuter avec ceux que je rencontrais ; certains avaient abandonné une belle situation pour prendre la route! Avec Carpates, on a sympathisé tout de suite; puis un jour je l'ai pris en photo et je lui ai donné des tirages. Apres, il venait boire le coup à chaque passage, mais il a toujours refusé de manger."


 

Fermer